top of page

La cuisine ouest-africaine s'invite désormais à la table du Michelin.



Avec deux restaurants ouest-africains à Londres remportant des étoiles ce mois-ci, les plats de la région reçoivent enfin la reconnaissance qu'ils méritent depuis longtemps.


Adejoké Bakare, du restaurant Chishuru à Fitzrovia, est devenue la première femme noire à recevoir une étoile Michelin au Royaume-Uni et seulement la deuxième dans le monde entier. Le London Evening Standard rapporte qu'elle s'est d'abord fait connaître avec un club de dîners avant de faire de Chishuru l'un des restaurants les plus en vue de la ville.





L'autre étoile Michelin a été décernée à Aji Akokomi du restaurant Akoko, également situé à Fitzrovia, où les inspecteurs ont dégusté "l'un des repas les plus mémorables de l'année", selon le journal.





The Guardian note que ces cuisines, qui "n'ont pas toujours reçu la reconnaissance qu'elles méritent en dehors de leurs communautés", commencent maintenant à attirer l'attention. L'Afrique de l'Ouest englobe 17 pays, mais les chefs évitent de limiter leur cuisine à des frontières nationales, car leurs traditions culinaires préexistent aux divisions politiques.


La cuisine ouest-africaine est connue pour ses saveurs intenses, comme celle du riz jollof, de la soupe d'egusi ou du fufu, qui ont désormais leur place sur les menus des établissements étoilés.


Selon les données de Open Table, la cuisine ouest-africaine était la plus tendance en 2023, enregistrant une augmentation de 72 % par rapport à l'année précédente.


Mark Haas, PDG de Helmsman Group, explique que cette montée en popularité s'explique par l'ouverture croissante aux différentes cultures dans un monde de plus en plus globalisé.


Cette tendance semble appelée à perdurer, offrant aux gastronomes une aventure culinaire ancrée dans l'histoire et l'échange culturel."



LA TEAM DOKUNVI.


Source : Yahoo News


 
Photo Fèmi

Pour suivre les dernières tendances de l'industrie food/afrofood et bénéficier de conseils gratuits , abonnez-vous à notre newsletter.


Comentários


bottom of page